français | español | english
Fonds documentaire dynamique sur la
gouvernance des ressources naturelles de la planète

Capacité d’innovation des systèmes paysans et gestion des ressources naturelles au Burundi

Rédigé par : Hubert Cochet

Date de rédaction : 2007

Organismes : AgroParisTech

Type de document : Article scientifique

Résumé

Résumé

Les campagnes des hautes terres de l’Afrique Centrale se caractérisent par un climat tropical humide d’altitude, une très faible urbanisation et des tenures paysannes de très petite taille, avec une agriculture manuelle surtout destinée à l’autosubsistance.

Paysage agraire du Burundi. Photographie H.Cochet.

Les paysans burundais ont démontré au cours du temps une remarquable capacité d’innovation. Alors que la plupart des experts internationaux et des agronomes burundais pensaient depuis des décennies que la croissance démographique et la pression foncière étaient devenues incompatibles avec une plus grande intensification durable de l’utilisation des ressources naturelles, les paysans burundais ont fait la preuve du contraire.

Deux révolutions agricoles ont permis cette adaptation. Elles ont été réalisées par les paysans eux-mêmes.

  • La première a eu lieu au XVIIe et au XVIIIe siècle avec l’introduction du maïs et du haricôt, des plantes d’origine américaine, et surtout avec la généralisation de la double culture annuelle et le perfectionnement de l’association agriculture élevage.

  • La seconde s’est produite en réponse à une crise aigüe au début du XXe siècle, avec le développement à partir des années cinquante d’une polyculture jardinée à haute intensité en travail, dans lequel la bananeraie joue un rôle essentiel.

Maison paysanne au Burundi. Photographie H.Cochet.

L’article d’Hubert Cochet que nous proposons ici constitue une remarquable démonstration de l’intérêt et des possibilités des agricultures paysannes.

Il illustre aussi en quoi l’analyse des systèmes agraires et une compréhension fine des systèmes de production et de gestion des ressources naturelles (et en particulier la reproduction de la fertilité) permettent de comprendre les évolutions passées et en cours.

L’intérêt de ce travail dépasse largement le cadre géographique de l’Afrique Centrale. Il invite à s’interroger sur les conditions de l’évolution des systèmes paysans dans un contexte de mondialisation. Le cas du Burundi constitue un exemple étonnant de développement endogène, seulement basé sur les ressources locales.

Hubert Cochet est professeur à l’UFR Agriculture comparée et développement agricole de AgroParisTech (établissement résultant de la fusion, au premier janvier 2007, de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon [INA P-G], de l’Ecole Nationale du Génie Rural et des Eaux et Forêts [ENGREF] et de l’Ecole Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires [ENSIAA]). Il a été le Président d’AGTER de 2005 à 2011.

Bibliographie

COCHET, Hubert. Crises et révolutions agricoles au Burundi, INAPG – KARTHALA, Paris. 2001. (L’Agence Française de Développement (AFD) a décerné en 2002 à Hubert Cochet le prix Tropiques pour cet ouvrage)

Télécharger le document