français | español | english
Fonds documentaire dynamique sur la
gouvernance des ressources naturelles de la planète

Réformes Agraires dans le Monde

Présentation du dossier

Contributeurs du dossier : Association pour contribuer à l’Amélioration de la Gouvernance de la Terre, de l’Eau et des Ressources naturelles (AGTER), Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH)

La réforme agraire faisait partie entre 1960 et 1980 des politiques qui étaient couramment appuyées par les organismes de coopération et les institutions internationales. Dans toutes les régions du monde où la structure agraire était très polarisée, en Amérique Latine, en Asie du Sud Est, en Afrique Australe, elle était reconnue comme nécessaire. Aujourd’hui, en partie du fait des limites et du coût de réformes agraires souvent menées de façons imparfaites et insuffisantes, en partie du fait de la nette diminution du poids relatif de la population rurale par rapport à la population urbaine, la réforme agraire est souvent considérée comme n’étant plus d’actualité. Si la Banque Mondiale reconnaît en théorie dans certains de ses écrits que les réformes agraires sont toujours nécessaires, les programmes qu’elle et les autres institutions financières internationales appuient aujourd’hui ne se donnent plus comme objectif une transformation profonde et rapide de la structure agraire.

Pourtant, chaque fois que la distribution de la terre est très inégalitaire (comme par exemple au Brésil, au Zimbabwe, en Afrique du Sud, …), une intervention rapide et efficace impulsée par l’État pour redistribuer la terre aux petits et moyens producteurs (très souvent les plus à même de la mettre en valeur en conformité avec l’intérêt des majorités) reste plus que jamais nécessaire et urgente. La réforme agraire constitue alors la première politique publique à mettre en place dans les stratégies de lutte contre la pauvreté. De fait, la grande masse des pauvres est constituée de paysans ou d’anciens paysans qui ne disposent plus des moyens suffisants pour survivre. Les contingents croissants d’indigents sont constamment alimentés par la ruine des paysanneries de par le monde. Quand il existe de grandes extensions de terre utilisées de manière extensive, et une grande quantité de paysans pauvres qui n’ont pas accès aux surfaces qui leur permettraient de construire un processus de développement durable, la première mesure à prendre, avant toute autre, est de leur donner accès à la terre et donc de faire une réforme agraire.

Mais les réformes agraires à mettre en place doivent nécessairement tenir compte des expériences antérieures et ne pas simplement répéter les schémas du passé. Les contextes politiques favorables à la mise en place de réformes agraires sont relativement peu fréquents, puisqu’ils nécessitent un rapport de forces, interne ou externe, susceptible de pouvoir s’attaquer aux intérêts des grands propriétaires fonciers, lesquels jouent souvent un rôle important au sein des groupes au pouvoir. De plus, ces conditions favorables, quand elles existent, sont souvent éphémères. Il importe donc de ne pas perdre les opportunités historiques qui se présentent. D’où l’importance de rechercher de façon systématique comment améliorer les processus de réforme agraire en rendant leur impact de redistribution foncière irréversible à court terme.

Les fiches que nous présentons ici illustrent les politiques de réformes agraires dans le monde. Elles ont toutes été préparées par des personnes ayant accumulé une longue expérience sur le thème, le pays ou la région concernés (ou dans certains cas, à partir de leurs travaux). Les opinions qui y sont exprimées sont diverses et ne sont pas nécessairement convergentes. Ce n’est pas un recueil de best practices ni de success stories; on apprend au moins autant en analysant les échecs que les succès, et il ne saurait y avoir dans ce domaine de modèle que l’on pourrait reproduire en l’état. La sélection n’a aucune prétention d’exhaustivité. Elle essaye d’aborder des situations très diverses (choisies dans quatre continents) qui ne font pas en général l’objet d’analyses croisées ni de rapprochements. Incomplète, elle se veut l’amorce d’une collection de documents courts mais toutefois suffisamment détaillés pour que quelqu’un sans connaissance préalable d’un pays puisse utiliser dans les fiches qui l’intéressent l’information dont il a besoin pour enrichir sa propre réflexion sur les politiques foncières, leurs potentiels et leurs limites.

Sommaire du dossier

I. Exemples de réformes agraires en Europe

II. Exemples de réformes agraires en Amérique Latine

III. Exemples de réformes agraires en Asie

IV. Exemples de réformes agraires en Afrique

V. Articles généraux sur les réformes agraires